L’avenir dans le domaine est tributaire de la fréquence 457 kHz, qui ne peut être changée dans un avenir proche. Cela supposerait d’échanger tous les DVA actifs à travers le monde entier, ce qui paraît plus qu’utopique ! Pour pallier à cet état de fait, certains fabricants ont commencé à équiper leur appareil d’une deuxième fréquence, appelée W-Link (868 MHz en Europe), indépendante et sans influence sur le 457 kHz, qui permet d’échanger des informations facilitant la résolution de situations complexes entre les appareils équipés de ce W-Link.

C’est le cas chez le Pulse Barryvox, qui, outre l’information de données vitales (unique chez le Pulse), échange des informations telles que « appareil en émission » ou « appareil arrêtant d’émettre », ce qui permet de soulager le microprocesseur, puisqu’il n’a plus besoin d’aller contrôler à intervalles réguliers s’il retrouve le signal enregistré. La recherche multiple s’en trouve facilitée ! Le nouvel ARVA Link de la maison Nic-Impex sera également équipé de ce W-Link et pourra communiquer avec le Pulse Barryvox.

La possibilité d’être repéré grâce aux satellites, utilisant les technologies GPS ou Galileo est également une voie étudiée en ce moment. Malheureusement, cette technologie a des limites physiques quant à la transmission des informations aidant à la localisation d’une victime (fond de vallée, mauvais temps, couverture forestière etc.) et pose également la question de la retransmission d’une telle information sur les appareils des camarades au sol proches de la victime… Mais les technologies évoluant tellement vite actuellement, il ne serait pas surprenant de voir apparaître de nouvelles possibilités, même s’il est peu probable que le sauvetage soit possible uniquement à travers les satellites dans un avenir très proche à cause des limites de la transmission… La fréquence 457 kHz a encore de beaux jours devant elle !