L’activité et le parcours de via ferrata se pratique dans la nature ! Cette vérité sous-entend que l’on peut être amené à être confronté aux dangers objectifs de la nature verticale et de la montagne… Les parcours, se déroulant en général le long de falaises où le terrain n’est pas toujours purgé de ses cailloux, présentent ainsi souvent un risque de chute de pierres et de glissade.

Outre un équipement adéquat comme décrit plus haut, un comportement responsable est de mise.

Ainsi le ferratiste devrait mettre son casque dès que le risque objectif de chute de pierres se présente, parfois déjà lors de l’approche, et parfois encore après la fin de la via ferrata. Evidemment, le ferratiste devra veiller à ne pas faire rouler des pierres, que ce soit pendant l’approche, le parcours et le retour…

Le long du parcours, un espacement entre les ferratistes d’au moins deux sections de câble devrait être respecté, de sorte que si la personne qui se trouve au-dessus tombe, il n’entraîne pas son suiveur dans sa chute.
En cas de chute d’un ferratiste, il faut s’attendre à des blessures traumatiques. En effet, il est rare qu’après le contact avec le rocher, si ce n’est pas avec les barreaux et autres échelons, la chute ne se solde pas par des égratignures dans le meilleur des cas. Porteurs de shorts, à bon entendeur ! La pharmacie de poche est alors indispensable.

Mon camarade est tombé en via ferrata, et ne s’est heureusement pas blessé gravement… Comment lui porter secours si je suis en possession d’une corde?
Je ne connais rien aux méthodes de sauvetage, au mouflage, et suis incapable de tirer 80kg vers le haut…?
J’ai heureusement emporté avec moi un brin de 20m en corde à double de 8mm. Je commence par effectuer une « queue de vache », -voir la rubrique noeuds du site- que je fixe dans la broche en tire-bouchon la plus à l’aplomb de mon camarade, et j’effectue toute une série de noeuds de 8 ou des noeuds de guide distants les uns-des-autres de 30cm sur la corde, pour obtenir des boucles suffisament grandes pour pouvoir y passer un pied. J’obtiens ainsi une sorte d’échelle de corde par laquelle mon infortuné camarade pourra remonter et rejoindre le câble et les échelons. Une fois sorti de son mauvais pas, je pourrai l’assurer jusqu’à la sortie de la via sans qu’il aie besoin de retenter une deuxième chute sur sa longe explosée…, et je pourrai aussi l’assurer dans la descente si le terrain est exposé ou glissant…